L’anatomie du blog scientifique 3. le sous-titre

J’aurais pu décrire dans le même billet le titre et le sous-titre (c’était mon intention de départ quand j’ai entamé cette série « l’anatomie du blog« ), mais j’ai découvert au sous-titre des caractéristiques et des fonctions autres que celles du titre. Ce troisième billet ( de la série actuelle) vient donc comme un continuité de l’étude du paratexte numérique dans les blogs scientifiques. Je tiens à préciser encore une fois, que dans le présent billet, je traite le sous-titre global du blog et non pas de ceux qui peuvent figure dans le texte des billets publiés.

Sans doute, la principale fonction du sous-titre du blog scientifique est d’annoncer la thématique du blog et d’expliciter un peu plus la signification du titre, qui peut être polysémique et accepte souvent plusieurs interprétations (voir titre). L’emplacement réservé au sous-titre dans un blog scientifique se situe souvent en bas du titre (pour ne pas dire sous le titre), à proximité ou bien sur le bandeau du blog.

Et pour reprendre les mêmes exemples que j’ai étudié pour dans dernier billet, voici quelques sous-titres avec leurs titres respectifs:

 

Affordance.info – Le blog d’un maître de conférences en sciences de l’information.

Infusoir- Une approche réflexive des sciences ? Faisons infuser nos idées…

Lieux de savoir – Histoire comparée et anthropologie des pratiques savantes

Pensée du discours – La théorie du discours ouverte à de nouvelles épistémologies

Morflog – Morfología e Historia del español

 Le premier sous-titre de cette liste est très intéressant parce qu’il annonce l’identité scientifique du bloggeur avant toute autre chose. « Le blog d’un maître de conférences en sciences de l’information » peut bien vouloir dire que dans ce blog il s’agit des recherches de ce maître de conférences, comme on peut bien penser qu’il est plus question de sa pratique d’enseignant universitaire ou expériences comme étant chercheur (mais cela seulement une petite enquête ou une étude approfondie de ce blog, nous le dira).

Un élément paratextuel éphémère?

Si vous avez lu mon dernier billet, vous allez certainement penser « mais où est donc passé le sous-titre du blog SoBookOnline? » Je me suis posé la même question et je n’ai pas hésité à interroger (sur Twitter) Marc Jahjah concernant le sort du sous-titre de son blog. Sa réponse :

 

Jusque là, je pensais que le sous-titre, tout comme le titre, ne pouvait subir aucune modification, encore moins disparaître complètement. Mais encore une fois, le numérique nous montre qu’il peut changer les choses. Ce qui était figé par le passé, devient mouvant voire éphémère.

Cette caractéristique du changement dans un élément paratextuel « numérique » important est synonyme – à mon sens – , de l’évolution de la pratique et de la réflexion au fur et à mesure que le bloggeur produit du contenu (des billets) sur son blog. Les nouveaux éléments paratextuels qui apparaissent, d’autres qui disparaissent, prouvent que le blog scientifique se métamorphose, passe par des phases progressives et se renouvelle sans cesse. 

 

 

 

Zineddine Aboubekeur

Doctorant en sciences du langage (analyse et conception du discours numérique: le cas du blogging scientifiques). Chef de projets de traduction, Traducteur/interprète...Je suis passionné par les langes étrangères, la culture numérique et les NTIC.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

L’anatomie du blog scientifique 2. Le titre

          J’aborde le premier élément de l’ensemble du paratexte numérique des blogs scientifiques, à savoir: le titre. Je pensais rédiger un « petit » billet sur les titres des blogs, mais au fur et à mesure que j’avançais dans mes lectures, j’ai découvert des fonctions et des caractéristiques complexes de l’appareil titulaire et sur lequel Genette dit:

Plutôt qu’un véritable élément, un ensemble un peu complexe – et d’une complexité qui ne tient pas exactement à sa longueur.[1]

        On l’aura donc compris, le fait que les titres ne soient pas très longs (surtout dans le cas des blogs scientifiques) ne leur enlève rien de leur charge sémantique. Je traiterai ici donc les principales fonctions du titre du blog scientifique (et donc je ne parlerai pas des titres des billets… je parlerai de ça prochainement).

        L’emplacement réservé au titre est en haut de la page et dans l’URL du blog aussi. la principale fonction du titre est l’identification et la désignation du contenu du blog. Les chercheurs n’hésitent pas à employer plein de précédés discursifs lors de la création de leur titre de blog pour séduire les lecteurs. Le titre est donc l’affiche publicitaire qui va représenter les travaux, voire les centres d’intérêts du chercheur-bloggeur. Ces procédés de séduction verbale donnent souvent une ouverture vers une pluralité de lecture et une diversité d’interprétations quant au contenu du blog, par exemple: le carnet de recherche de Marie-Anne PAVEAU (La pensée du discours) ou bien celui de Christian JACOB (Les lieux de Savoir).

Je me rappelle avoir longuement réfléchi lors de la création de mon blog. J’avais hésité entre deux titres: « Metablog » & « Actublog » mais comme le contenu de mon blog allait plus porter sur une réflexion sur les blog plutôt que de l’actualité des blogs, j’ai opté donc pour « metablog« .

         Le choix du titre du blog se fait avant sa création. Car une fois choisi, le titre va être la devanture du chercheur. Dans certains cas, il devient même partie de l’identité numérique du chercheur. En effet, porter le titre de son blog comme pseudonyme sur les réseaux sociaux tel que Twitter, par exemple, devient une mode. Sur la plateforme des carnets de recherche Hypothèses, plusieurs chercheurs portent le titre de leurs blogs comme pseudonyme sur les réseaux sociaux, à titre d’exemple: Mélodie Faury: infusoir (@infusoir), Elena Azofra : morflog (@morflog)…etc. Cette pratique n’est pas propre aux chercheurs ayant un blog sur la plateforme hypothèses. D’autres chercheurs qui tiennent des blogs « isolés » font de leur titre une partie de leur identité numérique: Marc Jahjah : sobookonline (@SoBookOnline) ou encore, Olivier Ertzscheid : affordanceinfo (@affordanceinfo). En utilisant ce procédé d’onymat ou de pseudonymat sur les réseaux sociaux, ces chercheurs-là concilient les avantages pour le chercheurs de promotion de leurs blogs et de leurs l’identités numériques de chercheurs. Genette compare le titre au nom de l’auteur, en précisant que les deux font l’objet de circulation (une circulation vertigineuse à l’ère des réseaux sociaux numériques): 

       Le titre s’adresse à beaucoup plus de gens, qui par une voie ou par une autre le reçoivent et le transmettent, et par là participent à sa circulation. Car, si le texte est un objet de lecture, le titre, comme d’ailleurs le nom de l’auteur, est un objet de circulation – ou, si l’on préfère, un sujet de conversation.[2]

En guise de « pseudo-conclusion », les titres est un élément paratextuel « durable » qui, dans un environnement numérique, peut comporter des changements et avoir de nouvelles fonctions qu’auparavant, il ne pouvait pas remplir. Les titres des blogs peuvent être étudiés sur plusieurs niveaux : syntaxique, sémantique, idéologique et pragmatique.

 


[1] GENETTE, Gérard. Seuils. Editions du Seuil. 1987. P. 58

[2] Ibid, P. 79

 

Zineddine Aboubekeur

Doctorant en sciences du langage (analyse et conception du discours numérique: le cas du blogging scientifiques). Chef de projets de traduction, Traducteur/interprète...Je suis passionné par les langes étrangères, la culture numérique et les NTIC.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

L’anatomie du blog scientifique 1. Le paratexte numérique

           Je me lance dans la rédaction de billets par thématique et sous la forme de séries. Je dois avouer que je me suis inspiré de la façon dont Marie-Anne Paveau publie certains de ses billets sur son blog la pensée du discours (exemple de la série précédente : Linguistique et numérique). Je ne compte pas publier des séries par saisons mais surtout au fur et à mesure que j’avance dans mes trouvailles de recherche sur le blogging scientifique.

           Cette façon de publier des billet sur mon blog s’inscrit dans une stratégie éditoriale et d’organisation de mon travail de recherche. Publier des billets sous une même thématique est synonyme, pour moi, d’un cheminement de pensée linéaire et d’une stratégie de publication limpide. En effet, les différentes séries que je publierai seront certainement les plus grands axes de mon travail de thèse sur le blogging scientifique en sciences humaines et sociales. 

         J’entame ma réflexion sur les blogs scientifiques par cette série qui s’intitule « L’anatomie du blog scientifique » et dans laquelle je vais essayer de décortiquer les composantes essentielles du blog ou du carnet de recherche, à savoir: le titre (et sous-titre), le bandeau, le corps du billet, le commentaire, outils de recherche et de navigation, archives…etc. Ces éléments paratextuels qui entourent le texte ou le discours caractérisent le blog ou le carnet de recherche et le différencient des supports de publication papier. C’est pour cela que je propose la notion du paratexte numérique Alors, est-ce que la notion de paratexte (voire celle de péritexte ou épitexte) telle qu’elle a été présentée par Genette est valable à l’ère de l’hypertexte et du numérique?

             Je n’ai certainement pas une réponse toute faite pour une telle question mais j’espère que j’aurai quelques éléments de réponse à la fin de cette série (après une étude des caractéristiques de chacun des composants du blog) voire à la fin de ma thèse. Mais en ce qui concerne les changements et évolution du paratexte, Genette dit :

        Les voies et moyens du paratexte se modifient sans cesse selon les éditions, les cultures, les genres, les auteurs, les œuvres, les éditions d’une même œuvre, avec des différences de pression parfois considérables : c’est une évidence reconnue que notre époque « médiatique  » multiplie autour des textes un type de discours qu’ignorait le monde classique, et a fortiori l’Antiquité et le moyen âge, où les textes circulent souvent à l’état presque brut, sous forme de manuscrits dépourvus de toute formule de présentation.1

        Il serait fort intéressant de voir ce qu’apportent les éléments paratextuels habituels dans un environnement numérique et comment leur agencement va définir la lecture et la réception d’un discours numérique en général ou celui d’un blog scientifique plus précisément. Ces éléments paratextuels peuvent donc être de différentes natures (textuelle, iconique, matérielle) et produisent de multiples effets sur le lecteur. 

  Le paratexte se compose donc empiriquement d’un ensemble hétéroclite de pratiques et de discours de toutes sortes et de touts âges que je fédère sous ce terme au nom d’une communauté d’intérêt, ou convergence d’effets, qui me paraît plus importante que leur diversité d’aspect.2

C’est donc l’ensemble de ces « intérêts » ou « effets » du paratexte numérique que je me propose d’étudier dans les prochains billets de cette série. 

Zineddine Aboubekeur

Doctorant en sciences du langage (analyse et conception du discours numérique: le cas du blogging scientifiques). Chef de projets de traduction, Traducteur/interprète...Je suis passionné par les langes étrangères, la culture numérique et les NTIC.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Matérialité du texte et évolution des pratiques cognitives

C’est en lisant le billet « Platon, le livre numérique et la mort » de Marc Jahjah que je me suis rappelé ce merveilleux texte de Jean Molino[1]   que j’ai lu il y a longtemps et sur lequel j’ai toujours voulu écrire un billet ou une fiche de lecture numérique. Cet article que je vais étudier ici a été un des premiers articles à m’avoir sensibilisé aux changements de modalités de transmission des connaissances et du savoir cognitif grâce au changement des « opérations de fabrication d’un texte », je pense ici spécialement au passage à l’écriture numérique et toutes les techniques qui accompagne ce changement.

L’objectif de cet article fut d’exposer, la manière dont la transmission de la connaissance et du savoir cognitif se fait à travers le temps et par l’écriture. Une citation extraite de l’article peut résumer cette idée :

« l’intelligence est un ensemble de techniques et elle a continûment été transformée par l’invention de nouveaux procédés de notation, de conservation et de traitement de données. L’histoire du texte se présente comme l’enchaînement d’inventions qui donnent à l’esprit de nouveaux objets intellectuels dont l’analyse commence à peine » p. 20. 

Pour éclaircir son propos, Molino commence par décrire le texte et l’écriture. Puis, il a retracé l’historicité des supports écrits. En suite, il a exposé les caractéristiques du texte et de l’écrit en passant par le paratexte. Et enfin, il a fait le lien entre le texte et la théologie ou les textes sacrés, en tant que textes universels.

Le texte est décrit à partir de son étymologie, comme un tissu ou trame, résultant d’une création humaine et appartenant à un système d’écriture « …le texte s’inscrit dans le réel comme une trame, un tissu et qu’ il est le produit d’une fabrication humaine » p. 15.
L’auteur, dans un second temps, insiste sur la matérialité du texte et retrace l’histoire des supports écrits (papyrus, papier, parchemin). L’auteur précise aussi que le changement du support de l’écrit marque l’évolution humaine et le développement intellectuel « chaque modification matérielle entraîne nécessairement une transformation intellectuelle… » p. 20. Alors qu’entraîne le passage à l’écriture numérique comme changements cognitifs? La réponse à cette question nécessite un travail épistémologique innovant qui prend en compte les spécificités de l’univers numériques ainsi que les différentes techniques qui le composent et qui se chevauchent certainement avec les valeurs intellectuelles.

 « la matérialité du texte n’apparaît pas seulement dans l’existence des caractères d’imprimerie, mais dans toute une série de réalités, celles qui constituent le cadre et l’atmosphère d’une imprimerie…chaque opération dans la fabrication d’un texte peut devenir un instrument conceptuel capable d’expliquer le monde » p. 18

Molino englobe sous le concept de rationalisation du texte, quatre caractéristiques du l’écrit, à savoir : objectivation, décontextualisation, fixation et diffusion. Ces caractéristiques représentent la matérialité du texte sous la forme d’« objets intellectuels spécifiques », qui ne sont rien d’autre que le paratexte.

Selon l’auteur, les textes et les écrits conduisent au commentaire et à la critique et dans cela se cache le secret du développement et la constante quête du savoir et comme le montrent bien la citation choisie, le savoir n’a été révélé que partiellement et n’est jamais acquis complètement « la théologie est écriture sur l’écriture de Dieu, elle est commentaire, parce que Dieu n’est plus là pour répondre que par le Livre dans lequel il a déjà tout dit, ou plutôt tout ce qu’il nous a jugés dignes de savoir » p. 22.

L’invention de nouveaux procédés d’écriture et de notation contribuent au transfert du savoir et des connaissances. Ces différentes techniques d’écriture et de traitement des données sont en constante progression, ainsi on parle récemment de corpus de textes, et cela ne fait qu’accroitre le désire de découvrir de nouvelles réalités et alimente le besoin de critique et d’analyse.

[1] MOLINO, Jean (2000), « le texte » in Corps écrit, N° 33, PUF, Paris, pp. 15-26.

Zineddine Aboubekeur

Doctorant en sciences du langage (analyse et conception du discours numérique: le cas du blogging scientifiques). Chef de projets de traduction, Traducteur/interprète...Je suis passionné par les langes étrangères, la culture numérique et les NTIC.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Du papyrus au numérique: visite aux Archives nationales de Paris.

                La dernière séance du séminaire doctoral auquel j’ai participé,  » méthodologie de la recherche doctorale »[1], a été consacrée à la visite des Archives nationales de Paris. Au programme, visite du CARAN (Centre d’Accueil et de Recherche des Archives Nationales) et des salles de consultation des Archives nationales, découverte des ressources conservées numériquement et accessibles en ligne (pour la majorité) et au final une excursion d’exploration des grands dépôts des Archives nationales qui s’étendent sur plusieurs kilomètres.

          Outre le côté fantastique et gigantesque des Archives, j’ai été agréablement surpris par le passage, au cours de la même matinée, d’archives datant de plusieurs centaines d’années aux outils d’archivage numérique et de diffusion en ligne. Ce fut la première fois que je vis du papyrus en vrai (photographie prise par moi-même), et cela m’a rappelé ce texte de Jean MOLINO intitulé « Le texte » que j’ai lu il y a quelques temps et qui expose la manière dont la transmission de la connaissance et du savoir cognitif se fait à travers le temps et par l’écriture. Cet article qui résume décrit la matérialité du texte et l’historicité des supports écrits fera l’objet de mon prochain billet. Mais en attendant, une simple citation de cet article peut résumer le passage d’un support d’écriture à un autre, du papyrus au numérique en passant par le parchemin et le papier.

 » L’intelligence est un ensemble de techniques et elle a continûment été transformée par l’invention de nouveaux procédés de notation, de conservation et de traitement de données. L’histoire du texte se présente comme l’enchainement d’inventions qui donnent à l’esprit de nouveaux objets intellectuels dont l’analyse commence à peine. Chaque modification matérielle entraîne nécessairement une transformation intellectuelle… »[2]

Ces différentes techniques d’écriture et de traitement des données sont en constante progression et cela ne fait qu’accroitre le désire de découvrir de nouvelles réalités et alimente le besoin de critique et d’analyse. Je pense que nous sommes actuellement en plein changement de support d’écriture: des discours et des livres naissent et vivent numériquement. Et cela constitue certainement un changement d’ordre intellectuel sur le plan de la lecture, de l’écriture mais aussi et surtout de la critique.


[1] Séminaire animé par Danièle Fraboulet, dans le cadre des ateliers méthodologiques proposés par l’école doctorale Erasme, Université Paris-Nord 13.

[2] MOLINO, Jean (2000), « Le texte » in Corps écrit, N° 33, PUF, Paris, pp. 15-26.

Zineddine Aboubekeur

Doctorant en sciences du langage (analyse et conception du discours numérique: le cas du blogging scientifiques). Chef de projets de traduction, Traducteur/interprète...Je suis passionné par les langes étrangères, la culture numérique et les NTIC.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

A la recherche d’un CIFRE (2): compétences et projet de recherche

CV Aboubekeur Zineddine
Après mon précédant billet sur la recherche d’entreprises pour une thèse Cifre, j’ai eu plusieurs échanges sur cette recherche via le réseau Twitter (j’en profite pour remercier toutes les personnes qui m’ont retweeté et répondu). A la lumière de ces conseils et retours que j’ai eu, j’expose dans le présent billet mon projet de recherche qui reste ouvert à de nouvelles orientations ou propositions de recherche appliquée et/ou industrielle.

Le but de mes recherches est d’étudier en analyse du discours les blogs de manière générale. Sur ces blogs, l’on trouve différents contenus discursifs qui permettent d’avoir une bonne vision des choses. Que cela concerne un événement politique, la réputation d’une marque ou encore un buzz scientifique, les blogs offrent aux internautes issues de milieux différents le moyen d’interagir et de s’exprimer grâce au commentaire et aux réseaux sociaux. Les outils de « web mining » et de fouille de textes permettent d’étudier ces contenus numériques à grandes échelles, en procurant des résultats statistiques et empiriques que l’homme ne peut pas réalisés à l’œil nu.  Ces nouvelles applications de l’analyse du discours numérique peuvent avoir plusieurs champs d’application : l’e-tourisme, l’e-réputation (des individus, des marques ou des organismes), les publications en ligne…etc.

Je suis particulièrement intéressé au traitement des informations par le biais des langues et des outils informatiques, combinant entre méthodes quantitatives et qualitatives. Cela m’a conduit en fin de mon master 2 à constituer une base de données complexe (intégrant des liens sémantiques entres des expressions spécialisées), terminologique et documentaire en finance. Je suis passionné par les NTIC et tout ce qui touche à l’intelligence économique et la linguistique de corpus. Je suis aussi inspiré par les changements actuels de l’internet et sensible aux nouveaux usages. Je participe à une veille documentaire et informationnelle régulières en utilisant des outils (Flux RSS, Twitter,..etc.).

Pour plus de détails sur mon parcours universitaire et professionnel, je vous invite à consulter mon CV en ligne (également téléchargeable sous format .doc & .pdf).

CV Aboubekeur Zineddine
 

Zineddine Aboubekeur

Doctorant en sciences du langage (analyse et conception du discours numérique: le cas du blogging scientifiques). Chef de projets de traduction, Traducteur/interprète...Je suis passionné par les langes étrangères, la culture numérique et les NTIC.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

A la recherche d’un Cifre: Le parcours du combattant

Faire une thèse Cifre (Convention Industrielle de Formation par la Recherche) est le moyen par excellence pour les doctorants de toutes disciplines confondues, de mener un projet de recherche scientifique appliqué au monde professionnel afin de produire des résultats tangibles, tout en cumulant une expérience significative au sein d’une entreprise ou d’un organisme public ou privé.

 

Cependant, trouver un laboratoire, un directeur de recherche et un projet de recherche susceptible d’intéresser une entreprise ou du moins de rentrer dans le cadre de ses activités, relève souvent du parcours du combattant pour la majorité des doctorants qui aspirent à postuler au dispositif Cifre. Les doctorants en sciences humaines peinent davantage à valoriser ce dispositif auprès de sociétés de part la difficulté de trouver un sujet applicatif à même de répondre à leurs attentes. Manifestement les entreprises reprochent à ces doctorants de ne développer qu’une conception théorique en défaveur d’une vision pratique voire opérationnelle. A cet obstacle s’ajoute une donnée majeure, la rareté des entreprises couvrant ce champ de compétence. Selon une étude menée par l’ANRT sur les  doctorants  Cifre entre 2001 & 2011, 12% de ces thèses appartenaient aux sciences de l’homme (les linguistes étant fortement présents dans ce pourcentage). D’autre part, il est important de retenir que les trois parties d’un CIFRE (doctorant, laboratoire de recherche et entreprise) doivent conjointement rédiger le projet de recherche pour en garantir une meilleure cohérence et un parfait équilibre entre théorie et pratique.

 

Je n’énumérerai pas ici tous les avantages du Cifre, ni j’expliquerai  son mode d’emploi (qui sont bien expliqués sur le site de l’ANRT  http://www.anrt.asso.fr/ ) mais je tenais simplement à évoquer certains points importants concernant ce type de conventions.

 

Dans le cadre des rencontres universités entreprises au salon professionnel de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, qui s’est déroulé les 15 et 16 mars derniers au Palais des Congrès de Paris, Clarisse Angelier (Chef du service Cifre) a animé une conférence intitulée: « Cifre, mode d’emploi ».  Madame Angelier définit les docteurs issus du Cifre comme de véritables émissaires de connaissance, comme de jeunes chercheurs bénéficiant d’une « bi-culture ». Grâce à ce double encadrement à la fois académique et professionnel, ils ont développé des compétences métier spécifiques ainsi qu’un sens certain du travail en équipe. Ils savent également mener des projets de manière interdisciplinaire et ce souvent dans un environnement international.

Zineddine Aboubekeur

Doctorant en sciences du langage (analyse et conception du discours numérique: le cas du blogging scientifiques). Chef de projets de traduction, Traducteur/interprète...Je suis passionné par les langes étrangères, la culture numérique et les NTIC.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

analyse du discours numérique

Les discours diffusés sur les sites web bouleversent la façon de les analyser puisque ces discours intègrent de nouveaux objets dont les affordances discursives, idéologiques et culturelles changent la spatialité du langage et de la lecture. L’écriture dans un blog permet l’insertion d’un lien hypertexte renvoyant vers une autre page web, un contenu multimédia (photo, son, vidéo). Il est intéressant donc, d’étudier les changements qu’apportent ces nouveaux éléments à la lecture, à l’écriture et à la façon d’analyser les discours.
Ce changement du support de l’écrit marque l’évolution humaine et le développement intellectuel. Tout changement matériel engendre une mutation cognitive. Les nouvelles technologies qui permettent l’écriture sur internet favorisent des stratégies discursives. Il est aisé de constater que les chercheurs n’écrivent pas de la même façon sur les blogs comme ils le font sur les « anciens » supports de publication. Ces stratégies peuvent être le résultat de certaines conditions de production.
Ces constats font surgir les questionnements suivants :
– Les blogs scientifiques constituent-ils un nouveau genre d’écriture ?
– Si l’on peut parler de nouveau genre de communication scientifique, existe-t-il une trame unique ou bien chaque chercheur a son façon de bloguer ?
– Que peut révéler l’analyse de l’ensemble des discours scientifiques sur de tels blogs en intégrant le contexte et l’environnement numérique qui accompagne ces discours?
– Quelles méthodes qualitatives sont les plus pertinentes pour l’analyse de ce blogs (enquête, étude intégrant de nouvelles méthodes) ?

Pour essayer de répondre à ces questionnements, nous émettons l’hypothèse que le blogging scientifique constitue un nouveau genre de communication du savoir. Donc, les discours que tiennent les chercheurs dans ces espaces d’échange diffèrent de ceux des publications habituelles. Ces différences peuvent peut être examinées sur un plan lexico(métrique)logique, syntaxique, discursive et même idéologique.

Afin de vérifier cette hypothèse, nous étudierons plusieurs blogs scientifiques sur la plate-forme Hypotheses.org. Nous serons ainsi amené à analyser d’autres blogs scientifiques et d’autres carnets de recherche afin d’établir des similitudes, voire des différences entres les deux types.

Zineddine Aboubekeur

Doctorant en sciences du langage (analyse et conception du discours numérique: le cas du blogging scientifiques). Chef de projets de traduction, Traducteur/interprète...Je suis passionné par les langes étrangères, la culture numérique et les NTIC.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Etudier les réseaux sociaux

Dans le cadre de mes activités doctorales, j’ai participé à l’école thématique CNRS « Etudier les réseaux sociaux » (présentation et programme ici) organisée par le LabEx « Structuration des Mondes Sociaux » qui a eu lien à Porquerolles du 10 au 14 septembre 2012. C’était la première fois que je participe à une manifestation scientifique de ce genre et sur cette thématique. Dans ce billet, je souhaite faire le bilan scientifique personnel de cette école.

Je me suis inscrit à cette école thématique pour de multiples raisons : pour avoir un apport d’informations sur un thème proche de celui de mes recherches (Blogging scientifique et réseaux de blogueurs sur la toile),  pour avoir une synthèse des travaux de recherche actuels, pour échanger avec des spécialistes pluridisciplinaires du domaine de l’école ( majoritairement des sociologues) et établir de nouvelles collaborations scientifiques.

Pour moi traducteur/linguiste de formation, ayant fait très peu de sociologie pendant mon cursus universitaire, les réseaux sociaux avaient une seule acception: réseaux sociaux en ligne (Twitter, Facebook,…). Cette vision a vite disparu grâce à la première conférence plénière, présentée par Pierre Mercklé et intitulée « L’analyse de réseaux sociaux pour les nuls ». Et pour résumer cette intervention, on peut dire qu’un réseau social est constitué d’un ensemble d’unités sociales qu’entretiennent des relations les unes avec les autres, directement ou indirectement, à travers des chaînes. L’analyse des réseaux a été présenté comme l’ensemble de méthodes, de concepts, de théories, de modèles et d’enquêtes mis en oeuvre en sociologie comme dans d’autres disciplines et qui consistent à prendre pour objet d’étude, non pas les attributs des individus, mais les relations entre eux et les régularités que ces relations représentent, pour les décrire, rendre compte de leur formation et de leur s transformations, et finalement analyser leurs effets sur le comportement des individus.
Pour approfondir cette présentation et pour un aperçu historique de l’analyse des réseaux, je recommande la lecture du billet L’ANALYSE DES RÉSEAUX SOCIAUX (PARTIE 1 : HISTORIQUE) et les prochains billet rédigé par Yannick Rochat qui était présent dans cette école (un mathématicien travaillant sur la notion de centralité en réseau sociaux). D’autres conférences ont été très intéressantes de par leur contenus, leurs méthodologies de travail et les résultats exposés. A titre d’exemple, « Méthodes bibliométriques et réseaux sociaux : approches quantitatives, qualitatives et mixtes » par Yves Gingras « Dynamiques sociales des publications et citations scientifiques » par Béatrice Milard ou encore « Grands réseaux, réseaux sur Internet » par Camille Roth & Dominique Cardon.

Ces conférences et d’autres échanges avec des chercheurs et/ou des stagiaires m’ont permis d’approfondir ma réflexion sur la pratique du blogging scientifique comme un usage numérique s’insérant dans un réseau social communautaire de chercheurs, qui tissent des liens entre eux. Ces liens peuvent être purement numériques (pour ne pas dire virtuels et froisser certains de mes lecteurs empiriques qui n’apprécient pas ce mot) mais aussi réels. Cette réflexion sera suivie d’une série de billets sur la thématique « blogs scientifiques et réseaux sociaux ».

Cette école thématiques sur les réseaux sociaux a été l’occasion de découvrir une multitude de logiciels dédiés à l’analyse des réseaux grâce à une conférence présentée par Pascal Cristofoli (EHESS) intitulée « Panorama des logiciels d’analyse de réseaux » et aussi grâce aux ateliers logiciels. Les principaux logiciels présentés étaient : Pajek, Gephi, UCINET & Calliope. 

En attendant (espérant) la prochaine école thématique de ce genre, j’ai collecté énormément d’idées à approfondir pour mes recherches et de nombreux contacts me permettant de développer un réseau scientifique sur les réseaux sociaux. 

 

Zineddine Aboubekeur

Doctorant en sciences du langage (analyse et conception du discours numérique: le cas du blogging scientifiques). Chef de projets de traduction, Traducteur/interprète...Je suis passionné par les langes étrangères, la culture numérique et les NTIC.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus