A la recherche d’un Cifre: Le parcours du combattant

Faire une thèse Cifre (Convention Industrielle de Formation par la Recherche) est le moyen par excellence pour les doctorants de toutes disciplines confondues, de mener un projet de recherche scientifique appliqué au monde professionnel afin de produire des résultats tangibles, tout en cumulant une expérience significative au sein d’une entreprise ou d’un organisme public ou privé.

 

Cependant, trouver un laboratoire, un directeur de recherche et un projet de recherche susceptible d’intéresser une entreprise ou du moins de rentrer dans le cadre de ses activités, relève souvent du parcours du combattant pour la majorité des doctorants qui aspirent à postuler au dispositif Cifre. Les doctorants en sciences humaines peinent davantage à valoriser ce dispositif auprès de sociétés de part la difficulté de trouver un sujet applicatif à même de répondre à leurs attentes. Manifestement les entreprises reprochent à ces doctorants de ne développer qu’une conception théorique en défaveur d’une vision pratique voire opérationnelle. A cet obstacle s’ajoute une donnée majeure, la rareté des entreprises couvrant ce champ de compétence. Selon une étude menée par l’ANRT sur les  doctorants  Cifre entre 2001 & 2011, 12% de ces thèses appartenaient aux sciences de l’homme (les linguistes étant fortement présents dans ce pourcentage). D’autre part, il est important de retenir que les trois parties d’un CIFRE (doctorant, laboratoire de recherche et entreprise) doivent conjointement rédiger le projet de recherche pour en garantir une meilleure cohérence et un parfait équilibre entre théorie et pratique.

 

Je n’énumérerai pas ici tous les avantages du Cifre, ni j’expliquerai  son mode d’emploi (qui sont bien expliqués sur le site de l’ANRT  http://www.anrt.asso.fr/ ) mais je tenais simplement à évoquer certains points importants concernant ce type de conventions.

 

Dans le cadre des rencontres universités entreprises au salon professionnel de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, qui s’est déroulé les 15 et 16 mars derniers au Palais des Congrès de Paris, Clarisse Angelier (Chef du service Cifre) a animé une conférence intitulée: « Cifre, mode d’emploi ».  Madame Angelier définit les docteurs issus du Cifre comme de véritables émissaires de connaissance, comme de jeunes chercheurs bénéficiant d’une « bi-culture ». Grâce à ce double encadrement à la fois académique et professionnel, ils ont développé des compétences métier spécifiques ainsi qu’un sens certain du travail en équipe. Ils savent également mener des projets de manière interdisciplinaire et ce souvent dans un environnement international.

Zineddine Aboubekeur

Doctorant en sciences du langage (analyse et conception du discours numérique: le cas du blogging scientifiques). Chef de projets de traduction, Traducteur/interprète...Je suis passionné par les langes étrangères, la culture numérique et les NTIC.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus