L’anatomie du blog scientifique 1. Le paratexte numérique

           Je me lance dans la rédaction de billets par thématique et sous la forme de séries. Je dois avouer que je me suis inspiré de la façon dont Marie-Anne Paveau publie certains de ses billets sur son blog la pensée du discours (exemple de la série précédente : Linguistique et numérique). Je ne compte pas publier des séries par saisons mais surtout au fur et à mesure que j’avance dans mes trouvailles de recherche sur le blogging scientifique.

           Cette façon de publier des billet sur mon blog s’inscrit dans une stratégie éditoriale et d’organisation de mon travail de recherche. Publier des billets sous une même thématique est synonyme, pour moi, d’un cheminement de pensée linéaire et d’une stratégie de publication limpide. En effet, les différentes séries que je publierai seront certainement les plus grands axes de mon travail de thèse sur le blogging scientifique en sciences humaines et sociales. 

         J’entame ma réflexion sur les blogs scientifiques par cette série qui s’intitule « L’anatomie du blog scientifique » et dans laquelle je vais essayer de décortiquer les composantes essentielles du blog ou du carnet de recherche, à savoir: le titre (et sous-titre), le bandeau, le corps du billet, le commentaire, outils de recherche et de navigation, archives…etc. Ces éléments paratextuels qui entourent le texte ou le discours caractérisent le blog ou le carnet de recherche et le différencient des supports de publication papier. C’est pour cela que je propose la notion du paratexte numérique Alors, est-ce que la notion de paratexte (voire celle de péritexte ou épitexte) telle qu’elle a été présentée par Genette est valable à l’ère de l’hypertexte et du numérique?

             Je n’ai certainement pas une réponse toute faite pour une telle question mais j’espère que j’aurai quelques éléments de réponse à la fin de cette série (après une étude des caractéristiques de chacun des composants du blog) voire à la fin de ma thèse. Mais en ce qui concerne les changements et évolution du paratexte, Genette dit :

        Les voies et moyens du paratexte se modifient sans cesse selon les éditions, les cultures, les genres, les auteurs, les œuvres, les éditions d’une même œuvre, avec des différences de pression parfois considérables : c’est une évidence reconnue que notre époque « médiatique  » multiplie autour des textes un type de discours qu’ignorait le monde classique, et a fortiori l’Antiquité et le moyen âge, où les textes circulent souvent à l’état presque brut, sous forme de manuscrits dépourvus de toute formule de présentation.1

        Il serait fort intéressant de voir ce qu’apportent les éléments paratextuels habituels dans un environnement numérique et comment leur agencement va définir la lecture et la réception d’un discours numérique en général ou celui d’un blog scientifique plus précisément. Ces éléments paratextuels peuvent donc être de différentes natures (textuelle, iconique, matérielle) et produisent de multiples effets sur le lecteur. 

  Le paratexte se compose donc empiriquement d’un ensemble hétéroclite de pratiques et de discours de toutes sortes et de touts âges que je fédère sous ce terme au nom d’une communauté d’intérêt, ou convergence d’effets, qui me paraît plus importante que leur diversité d’aspect.2

C’est donc l’ensemble de ces « intérêts » ou « effets » du paratexte numérique que je me propose d’étudier dans les prochains billets de cette série. 

Zineddine Aboubekeur

Doctorant en sciences du langage (analyse et conception du discours numérique: le cas du blogging scientifiques). Chef de projets de traduction, Traducteur/interprète...Je suis passionné par les langes étrangères, la culture numérique et les NTIC.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Matérialité du texte et évolution des pratiques cognitives

C’est en lisant le billet « Platon, le livre numérique et la mort » de Marc Jahjah que je me suis rappelé ce merveilleux texte de Jean Molino[1]   que j’ai lu il y a longtemps et sur lequel j’ai toujours voulu écrire un billet ou une fiche de lecture numérique. Cet article que je vais étudier ici a été un des premiers articles à m’avoir sensibilisé aux changements de modalités de transmission des connaissances et du savoir cognitif grâce au changement des « opérations de fabrication d’un texte », je pense ici spécialement au passage à l’écriture numérique et toutes les techniques qui accompagne ce changement.

L’objectif de cet article fut d’exposer, la manière dont la transmission de la connaissance et du savoir cognitif se fait à travers le temps et par l’écriture. Une citation extraite de l’article peut résumer cette idée :

« l’intelligence est un ensemble de techniques et elle a continûment été transformée par l’invention de nouveaux procédés de notation, de conservation et de traitement de données. L’histoire du texte se présente comme l’enchaînement d’inventions qui donnent à l’esprit de nouveaux objets intellectuels dont l’analyse commence à peine » p. 20. 

Pour éclaircir son propos, Molino commence par décrire le texte et l’écriture. Puis, il a retracé l’historicité des supports écrits. En suite, il a exposé les caractéristiques du texte et de l’écrit en passant par le paratexte. Et enfin, il a fait le lien entre le texte et la théologie ou les textes sacrés, en tant que textes universels.

Le texte est décrit à partir de son étymologie, comme un tissu ou trame, résultant d’une création humaine et appartenant à un système d’écriture « …le texte s’inscrit dans le réel comme une trame, un tissu et qu’ il est le produit d’une fabrication humaine » p. 15.
L’auteur, dans un second temps, insiste sur la matérialité du texte et retrace l’histoire des supports écrits (papyrus, papier, parchemin). L’auteur précise aussi que le changement du support de l’écrit marque l’évolution humaine et le développement intellectuel « chaque modification matérielle entraîne nécessairement une transformation intellectuelle… » p. 20. Alors qu’entraîne le passage à l’écriture numérique comme changements cognitifs? La réponse à cette question nécessite un travail épistémologique innovant qui prend en compte les spécificités de l’univers numériques ainsi que les différentes techniques qui le composent et qui se chevauchent certainement avec les valeurs intellectuelles.

 « la matérialité du texte n’apparaît pas seulement dans l’existence des caractères d’imprimerie, mais dans toute une série de réalités, celles qui constituent le cadre et l’atmosphère d’une imprimerie…chaque opération dans la fabrication d’un texte peut devenir un instrument conceptuel capable d’expliquer le monde » p. 18

Molino englobe sous le concept de rationalisation du texte, quatre caractéristiques du l’écrit, à savoir : objectivation, décontextualisation, fixation et diffusion. Ces caractéristiques représentent la matérialité du texte sous la forme d’« objets intellectuels spécifiques », qui ne sont rien d’autre que le paratexte.

Selon l’auteur, les textes et les écrits conduisent au commentaire et à la critique et dans cela se cache le secret du développement et la constante quête du savoir et comme le montrent bien la citation choisie, le savoir n’a été révélé que partiellement et n’est jamais acquis complètement « la théologie est écriture sur l’écriture de Dieu, elle est commentaire, parce que Dieu n’est plus là pour répondre que par le Livre dans lequel il a déjà tout dit, ou plutôt tout ce qu’il nous a jugés dignes de savoir » p. 22.

L’invention de nouveaux procédés d’écriture et de notation contribuent au transfert du savoir et des connaissances. Ces différentes techniques d’écriture et de traitement des données sont en constante progression, ainsi on parle récemment de corpus de textes, et cela ne fait qu’accroitre le désire de découvrir de nouvelles réalités et alimente le besoin de critique et d’analyse.

[1] MOLINO, Jean (2000), « le texte » in Corps écrit, N° 33, PUF, Paris, pp. 15-26.

Zineddine Aboubekeur

Doctorant en sciences du langage (analyse et conception du discours numérique: le cas du blogging scientifiques). Chef de projets de traduction, Traducteur/interprète...Je suis passionné par les langes étrangères, la culture numérique et les NTIC.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus