Matérialité du texte et évolution des pratiques cognitives

C’est en lisant le billet « Platon, le livre numérique et la mort » de Marc Jahjah que je me suis rappelé ce merveilleux texte de Jean Molino[1]   que j’ai lu il y a longtemps et sur lequel j’ai toujours voulu écrire un billet ou une fiche de lecture numérique. Cet article que je vais étudier ici a été un des premiers articles à m’avoir sensibilisé aux changements de modalités de transmission des connaissances et du savoir cognitif grâce au changement des « opérations de fabrication d’un texte », je pense ici spécialement au passage à l’écriture numérique et toutes les techniques qui accompagne ce changement.

L’objectif de cet article fut d’exposer, la manière dont la transmission de la connaissance et du savoir cognitif se fait à travers le temps et par l’écriture. Une citation extraite de l’article peut résumer cette idée :

« l’intelligence est un ensemble de techniques et elle a continûment été transformée par l’invention de nouveaux procédés de notation, de conservation et de traitement de données. L’histoire du texte se présente comme l’enchaînement d’inventions qui donnent à l’esprit de nouveaux objets intellectuels dont l’analyse commence à peine » p. 20. 

Pour éclaircir son propos, Molino commence par décrire le texte et l’écriture. Puis, il a retracé l’historicité des supports écrits. En suite, il a exposé les caractéristiques du texte et de l’écrit en passant par le paratexte. Et enfin, il a fait le lien entre le texte et la théologie ou les textes sacrés, en tant que textes universels.

Le texte est décrit à partir de son étymologie, comme un tissu ou trame, résultant d’une création humaine et appartenant à un système d’écriture « …le texte s’inscrit dans le réel comme une trame, un tissu et qu’ il est le produit d’une fabrication humaine » p. 15.
L’auteur, dans un second temps, insiste sur la matérialité du texte et retrace l’histoire des supports écrits (papyrus, papier, parchemin). L’auteur précise aussi que le changement du support de l’écrit marque l’évolution humaine et le développement intellectuel « chaque modification matérielle entraîne nécessairement une transformation intellectuelle… » p. 20. Alors qu’entraîne le passage à l’écriture numérique comme changements cognitifs? La réponse à cette question nécessite un travail épistémologique innovant qui prend en compte les spécificités de l’univers numériques ainsi que les différentes techniques qui le composent et qui se chevauchent certainement avec les valeurs intellectuelles.

 « la matérialité du texte n’apparaît pas seulement dans l’existence des caractères d’imprimerie, mais dans toute une série de réalités, celles qui constituent le cadre et l’atmosphère d’une imprimerie…chaque opération dans la fabrication d’un texte peut devenir un instrument conceptuel capable d’expliquer le monde » p. 18

Molino englobe sous le concept de rationalisation du texte, quatre caractéristiques du l’écrit, à savoir : objectivation, décontextualisation, fixation et diffusion. Ces caractéristiques représentent la matérialité du texte sous la forme d’« objets intellectuels spécifiques », qui ne sont rien d’autre que le paratexte.

Selon l’auteur, les textes et les écrits conduisent au commentaire et à la critique et dans cela se cache le secret du développement et la constante quête du savoir et comme le montrent bien la citation choisie, le savoir n’a été révélé que partiellement et n’est jamais acquis complètement « la théologie est écriture sur l’écriture de Dieu, elle est commentaire, parce que Dieu n’est plus là pour répondre que par le Livre dans lequel il a déjà tout dit, ou plutôt tout ce qu’il nous a jugés dignes de savoir » p. 22.

L’invention de nouveaux procédés d’écriture et de notation contribuent au transfert du savoir et des connaissances. Ces différentes techniques d’écriture et de traitement des données sont en constante progression, ainsi on parle récemment de corpus de textes, et cela ne fait qu’accroitre le désire de découvrir de nouvelles réalités et alimente le besoin de critique et d’analyse.

[1] MOLINO, Jean (2000), « le texte » in Corps écrit, N° 33, PUF, Paris, pp. 15-26.

Zineddine Aboubekeur

Doctorant en sciences du langage (analyse et conception du discours numérique: le cas du blogging scientifiques). Chef de projets de traduction, Traducteur/interprète...Je suis passionné par les langes étrangères, la culture numérique et les NTIC.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

Du papyrus au numérique: visite aux Archives nationales de Paris.

                La dernière séance du séminaire doctoral auquel j’ai participé,  » méthodologie de la recherche doctorale »[1], a été consacrée à la visite des Archives nationales de Paris. Au programme, visite du CARAN (Centre d’Accueil et de Recherche des Archives Nationales) et des salles de consultation des Archives nationales, découverte des ressources conservées numériquement et accessibles en ligne (pour la majorité) et au final une excursion d’exploration des grands dépôts des Archives nationales qui s’étendent sur plusieurs kilomètres.

          Outre le côté fantastique et gigantesque des Archives, j’ai été agréablement surpris par le passage, au cours de la même matinée, d’archives datant de plusieurs centaines d’années aux outils d’archivage numérique et de diffusion en ligne. Ce fut la première fois que je vis du papyrus en vrai (photographie prise par moi-même), et cela m’a rappelé ce texte de Jean MOLINO intitulé « Le texte » que j’ai lu il y a quelques temps et qui expose la manière dont la transmission de la connaissance et du savoir cognitif se fait à travers le temps et par l’écriture. Cet article qui résume décrit la matérialité du texte et l’historicité des supports écrits fera l’objet de mon prochain billet. Mais en attendant, une simple citation de cet article peut résumer le passage d’un support d’écriture à un autre, du papyrus au numérique en passant par le parchemin et le papier.

 » L’intelligence est un ensemble de techniques et elle a continûment été transformée par l’invention de nouveaux procédés de notation, de conservation et de traitement de données. L’histoire du texte se présente comme l’enchainement d’inventions qui donnent à l’esprit de nouveaux objets intellectuels dont l’analyse commence à peine. Chaque modification matérielle entraîne nécessairement une transformation intellectuelle… »[2]

Ces différentes techniques d’écriture et de traitement des données sont en constante progression et cela ne fait qu’accroitre le désire de découvrir de nouvelles réalités et alimente le besoin de critique et d’analyse. Je pense que nous sommes actuellement en plein changement de support d’écriture: des discours et des livres naissent et vivent numériquement. Et cela constitue certainement un changement d’ordre intellectuel sur le plan de la lecture, de l’écriture mais aussi et surtout de la critique.


[1] Séminaire animé par Danièle Fraboulet, dans le cadre des ateliers méthodologiques proposés par l’école doctorale Erasme, Université Paris-Nord 13.

[2] MOLINO, Jean (2000), « Le texte » in Corps écrit, N° 33, PUF, Paris, pp. 15-26.

Zineddine Aboubekeur

Doctorant en sciences du langage (analyse et conception du discours numérique: le cas du blogging scientifiques). Chef de projets de traduction, Traducteur/interprète...Je suis passionné par les langes étrangères, la culture numérique et les NTIC.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus