L’anatomie du blog scientifique 3. le sous-titre

J’aurais pu décrire dans le même billet le titre et le sous-titre (c’était mon intention de départ quand j’ai entamé cette série « l’anatomie du blog« ), mais j’ai découvert au sous-titre des caractéristiques et des fonctions autres que celles du titre. Ce troisième billet ( de la série actuelle) vient donc comme un continuité de l’étude du paratexte numérique dans les blogs scientifiques. Je tiens à préciser encore une fois, que dans le présent billet, je traite le sous-titre global du blog et non pas de ceux qui peuvent figure dans le texte des billets publiés.

Sans doute, la principale fonction du sous-titre du blog scientifique est d’annoncer la thématique du blog et d’expliciter un peu plus la signification du titre, qui peut être polysémique et accepte souvent plusieurs interprétations (voir titre). L’emplacement réservé au sous-titre dans un blog scientifique se situe souvent en bas du titre (pour ne pas dire sous le titre), à proximité ou bien sur le bandeau du blog.

Et pour reprendre les mêmes exemples que j’ai étudié pour dans dernier billet, voici quelques sous-titres avec leurs titres respectifs:

 

Affordance.info – Le blog d’un maître de conférences en sciences de l’information.

Infusoir- Une approche réflexive des sciences ? Faisons infuser nos idées…

Lieux de savoir – Histoire comparée et anthropologie des pratiques savantes

Pensée du discours – La théorie du discours ouverte à de nouvelles épistémologies

Morflog – Morfología e Historia del español

 Le premier sous-titre de cette liste est très intéressant parce qu’il annonce l’identité scientifique du bloggeur avant toute autre chose. « Le blog d’un maître de conférences en sciences de l’information » peut bien vouloir dire que dans ce blog il s’agit des recherches de ce maître de conférences, comme on peut bien penser qu’il est plus question de sa pratique d’enseignant universitaire ou expériences comme étant chercheur (mais cela seulement une petite enquête ou une étude approfondie de ce blog, nous le dira).

Un élément paratextuel éphémère?

Si vous avez lu mon dernier billet, vous allez certainement penser « mais où est donc passé le sous-titre du blog SoBookOnline? » Je me suis posé la même question et je n’ai pas hésité à interroger (sur Twitter) Marc Jahjah concernant le sort du sous-titre de son blog. Sa réponse :

 

Jusque là, je pensais que le sous-titre, tout comme le titre, ne pouvait subir aucune modification, encore moins disparaître complètement. Mais encore une fois, le numérique nous montre qu’il peut changer les choses. Ce qui était figé par le passé, devient mouvant voire éphémère.

Cette caractéristique du changement dans un élément paratextuel « numérique » important est synonyme – à mon sens – , de l’évolution de la pratique et de la réflexion au fur et à mesure que le bloggeur produit du contenu (des billets) sur son blog. Les nouveaux éléments paratextuels qui apparaissent, d’autres qui disparaissent, prouvent que le blog scientifique se métamorphose, passe par des phases progressives et se renouvelle sans cesse. 

 

 

 

Zineddine Aboubekeur

Doctorant en sciences du langage (analyse et conception du discours numérique: le cas du blogging scientifiques). Chef de projets de traduction, Traducteur/interprète...Je suis passionné par les langes étrangères, la culture numérique et les NTIC.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

L’anatomie du blog scientifique 2. Le titre

          J’aborde le premier élément de l’ensemble du paratexte numérique des blogs scientifiques, à savoir: le titre. Je pensais rédiger un « petit » billet sur les titres des blogs, mais au fur et à mesure que j’avançais dans mes lectures, j’ai découvert des fonctions et des caractéristiques complexes de l’appareil titulaire et sur lequel Genette dit:

Plutôt qu’un véritable élément, un ensemble un peu complexe – et d’une complexité qui ne tient pas exactement à sa longueur.[1]

        On l’aura donc compris, le fait que les titres ne soient pas très longs (surtout dans le cas des blogs scientifiques) ne leur enlève rien de leur charge sémantique. Je traiterai ici donc les principales fonctions du titre du blog scientifique (et donc je ne parlerai pas des titres des billets… je parlerai de ça prochainement).

        L’emplacement réservé au titre est en haut de la page et dans l’URL du blog aussi. la principale fonction du titre est l’identification et la désignation du contenu du blog. Les chercheurs n’hésitent pas à employer plein de précédés discursifs lors de la création de leur titre de blog pour séduire les lecteurs. Le titre est donc l’affiche publicitaire qui va représenter les travaux, voire les centres d’intérêts du chercheur-bloggeur. Ces procédés de séduction verbale donnent souvent une ouverture vers une pluralité de lecture et une diversité d’interprétations quant au contenu du blog, par exemple: le carnet de recherche de Marie-Anne PAVEAU (La pensée du discours) ou bien celui de Christian JACOB (Les lieux de Savoir).

Je me rappelle avoir longuement réfléchi lors de la création de mon blog. J’avais hésité entre deux titres: « Metablog » & « Actublog » mais comme le contenu de mon blog allait plus porter sur une réflexion sur les blog plutôt que de l’actualité des blogs, j’ai opté donc pour « metablog« .

         Le choix du titre du blog se fait avant sa création. Car une fois choisi, le titre va être la devanture du chercheur. Dans certains cas, il devient même partie de l’identité numérique du chercheur. En effet, porter le titre de son blog comme pseudonyme sur les réseaux sociaux tel que Twitter, par exemple, devient une mode. Sur la plateforme des carnets de recherche Hypothèses, plusieurs chercheurs portent le titre de leurs blogs comme pseudonyme sur les réseaux sociaux, à titre d’exemple: Mélodie Faury: infusoir (@infusoir), Elena Azofra : morflog (@morflog)…etc. Cette pratique n’est pas propre aux chercheurs ayant un blog sur la plateforme hypothèses. D’autres chercheurs qui tiennent des blogs « isolés » font de leur titre une partie de leur identité numérique: Marc Jahjah : sobookonline (@SoBookOnline) ou encore, Olivier Ertzscheid : affordanceinfo (@affordanceinfo). En utilisant ce procédé d’onymat ou de pseudonymat sur les réseaux sociaux, ces chercheurs-là concilient les avantages pour le chercheurs de promotion de leurs blogs et de leurs l’identités numériques de chercheurs. Genette compare le titre au nom de l’auteur, en précisant que les deux font l’objet de circulation (une circulation vertigineuse à l’ère des réseaux sociaux numériques): 

       Le titre s’adresse à beaucoup plus de gens, qui par une voie ou par une autre le reçoivent et le transmettent, et par là participent à sa circulation. Car, si le texte est un objet de lecture, le titre, comme d’ailleurs le nom de l’auteur, est un objet de circulation – ou, si l’on préfère, un sujet de conversation.[2]

En guise de « pseudo-conclusion », les titres est un élément paratextuel « durable » qui, dans un environnement numérique, peut comporter des changements et avoir de nouvelles fonctions qu’auparavant, il ne pouvait pas remplir. Les titres des blogs peuvent être étudiés sur plusieurs niveaux : syntaxique, sémantique, idéologique et pragmatique.

 


[1] GENETTE, Gérard. Seuils. Editions du Seuil. 1987. P. 58

[2] Ibid, P. 79

 

Zineddine Aboubekeur

Doctorant en sciences du langage (analyse et conception du discours numérique: le cas du blogging scientifiques). Chef de projets de traduction, Traducteur/interprète...Je suis passionné par les langes étrangères, la culture numérique et les NTIC.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

L’anatomie du blog scientifique 1. Le paratexte numérique

           Je me lance dans la rédaction de billets par thématique et sous la forme de séries. Je dois avouer que je me suis inspiré de la façon dont Marie-Anne Paveau publie certains de ses billets sur son blog la pensée du discours (exemple de la série précédente : Linguistique et numérique). Je ne compte pas publier des séries par saisons mais surtout au fur et à mesure que j’avance dans mes trouvailles de recherche sur le blogging scientifique.

           Cette façon de publier des billet sur mon blog s’inscrit dans une stratégie éditoriale et d’organisation de mon travail de recherche. Publier des billets sous une même thématique est synonyme, pour moi, d’un cheminement de pensée linéaire et d’une stratégie de publication limpide. En effet, les différentes séries que je publierai seront certainement les plus grands axes de mon travail de thèse sur le blogging scientifique en sciences humaines et sociales. 

         J’entame ma réflexion sur les blogs scientifiques par cette série qui s’intitule « L’anatomie du blog scientifique » et dans laquelle je vais essayer de décortiquer les composantes essentielles du blog ou du carnet de recherche, à savoir: le titre (et sous-titre), le bandeau, le corps du billet, le commentaire, outils de recherche et de navigation, archives…etc. Ces éléments paratextuels qui entourent le texte ou le discours caractérisent le blog ou le carnet de recherche et le différencient des supports de publication papier. C’est pour cela que je propose la notion du paratexte numérique Alors, est-ce que la notion de paratexte (voire celle de péritexte ou épitexte) telle qu’elle a été présentée par Genette est valable à l’ère de l’hypertexte et du numérique?

             Je n’ai certainement pas une réponse toute faite pour une telle question mais j’espère que j’aurai quelques éléments de réponse à la fin de cette série (après une étude des caractéristiques de chacun des composants du blog) voire à la fin de ma thèse. Mais en ce qui concerne les changements et évolution du paratexte, Genette dit :

        Les voies et moyens du paratexte se modifient sans cesse selon les éditions, les cultures, les genres, les auteurs, les œuvres, les éditions d’une même œuvre, avec des différences de pression parfois considérables : c’est une évidence reconnue que notre époque « médiatique  » multiplie autour des textes un type de discours qu’ignorait le monde classique, et a fortiori l’Antiquité et le moyen âge, où les textes circulent souvent à l’état presque brut, sous forme de manuscrits dépourvus de toute formule de présentation.1

        Il serait fort intéressant de voir ce qu’apportent les éléments paratextuels habituels dans un environnement numérique et comment leur agencement va définir la lecture et la réception d’un discours numérique en général ou celui d’un blog scientifique plus précisément. Ces éléments paratextuels peuvent donc être de différentes natures (textuelle, iconique, matérielle) et produisent de multiples effets sur le lecteur. 

  Le paratexte se compose donc empiriquement d’un ensemble hétéroclite de pratiques et de discours de toutes sortes et de touts âges que je fédère sous ce terme au nom d’une communauté d’intérêt, ou convergence d’effets, qui me paraît plus importante que leur diversité d’aspect.2

C’est donc l’ensemble de ces « intérêts » ou « effets » du paratexte numérique que je me propose d’étudier dans les prochains billets de cette série. 

Zineddine Aboubekeur

Doctorant en sciences du langage (analyse et conception du discours numérique: le cas du blogging scientifiques). Chef de projets de traduction, Traducteur/interprète...Je suis passionné par les langes étrangères, la culture numérique et les NTIC.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus