Etudier les réseaux sociaux

Dans le cadre de mes activités doctorales, j’ai participé à l’école thématique CNRS « Etudier les réseaux sociaux » (présentation et programme ici) organisée par le LabEx « Structuration des Mondes Sociaux » qui a eu lien à Porquerolles du 10 au 14 septembre 2012. C’était la première fois que je participe à une manifestation scientifique de ce genre et sur cette thématique. Dans ce billet, je souhaite faire le bilan scientifique personnel de cette école.

Je me suis inscrit à cette école thématique pour de multiples raisons : pour avoir un apport d’informations sur un thème proche de celui de mes recherches (Blogging scientifique et réseaux de blogueurs sur la toile),  pour avoir une synthèse des travaux de recherche actuels, pour échanger avec des spécialistes pluridisciplinaires du domaine de l’école ( majoritairement des sociologues) et établir de nouvelles collaborations scientifiques.

Pour moi traducteur/linguiste de formation, ayant fait très peu de sociologie pendant mon cursus universitaire, les réseaux sociaux avaient une seule acception: réseaux sociaux en ligne (Twitter, Facebook,…). Cette vision a vite disparu grâce à la première conférence plénière, présentée par Pierre Mercklé et intitulée « L’analyse de réseaux sociaux pour les nuls ». Et pour résumer cette intervention, on peut dire qu’un réseau social est constitué d’un ensemble d’unités sociales qu’entretiennent des relations les unes avec les autres, directement ou indirectement, à travers des chaînes. L’analyse des réseaux a été présenté comme l’ensemble de méthodes, de concepts, de théories, de modèles et d’enquêtes mis en oeuvre en sociologie comme dans d’autres disciplines et qui consistent à prendre pour objet d’étude, non pas les attributs des individus, mais les relations entre eux et les régularités que ces relations représentent, pour les décrire, rendre compte de leur formation et de leur s transformations, et finalement analyser leurs effets sur le comportement des individus.
Pour approfondir cette présentation et pour un aperçu historique de l’analyse des réseaux, je recommande la lecture du billet L’ANALYSE DES RÉSEAUX SOCIAUX (PARTIE 1 : HISTORIQUE) et les prochains billet rédigé par Yannick Rochat qui était présent dans cette école (un mathématicien travaillant sur la notion de centralité en réseau sociaux). D’autres conférences ont été très intéressantes de par leur contenus, leurs méthodologies de travail et les résultats exposés. A titre d’exemple, « Méthodes bibliométriques et réseaux sociaux : approches quantitatives, qualitatives et mixtes » par Yves Gingras « Dynamiques sociales des publications et citations scientifiques » par Béatrice Milard ou encore « Grands réseaux, réseaux sur Internet » par Camille Roth & Dominique Cardon.

Ces conférences et d’autres échanges avec des chercheurs et/ou des stagiaires m’ont permis d’approfondir ma réflexion sur la pratique du blogging scientifique comme un usage numérique s’insérant dans un réseau social communautaire de chercheurs, qui tissent des liens entre eux. Ces liens peuvent être purement numériques (pour ne pas dire virtuels et froisser certains de mes lecteurs empiriques qui n’apprécient pas ce mot) mais aussi réels. Cette réflexion sera suivie d’une série de billets sur la thématique « blogs scientifiques et réseaux sociaux ».

Cette école thématiques sur les réseaux sociaux a été l’occasion de découvrir une multitude de logiciels dédiés à l’analyse des réseaux grâce à une conférence présentée par Pascal Cristofoli (EHESS) intitulée « Panorama des logiciels d’analyse de réseaux » et aussi grâce aux ateliers logiciels. Les principaux logiciels présentés étaient : Pajek, Gephi, UCINET & Calliope. 

En attendant (espérant) la prochaine école thématique de ce genre, j’ai collecté énormément d’idées à approfondir pour mes recherches et de nombreux contacts me permettant de développer un réseau scientifique sur les réseaux sociaux. 

 

Zineddine Aboubekeur

Doctorant en sciences du langage (analyse et conception du discours numérique: le cas du blogging scientifiques). Chef de projets de traduction, Traducteur/interprète...Je suis passionné par les langes étrangères, la culture numérique et les NTIC.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

A la recherche d’un CIFRE (2): compétences et projet de recherche

CV Aboubekeur Zineddine
Après mon précédant billet sur la recherche d’entreprises pour une thèse Cifre, j’ai eu plusieurs échanges sur cette recherche via le réseau Twitter (j’en profite pour remercier toutes les personnes qui m’ont retweeté et répondu). A la lumière de ces conseils et retours que j’ai eu, j’expose dans le présent billet mon projet de recherche qui reste ouvert à de nouvelles orientations ou propositions de recherche appliquée et/ou industrielle.

Le but de mes recherches est d’étudier en analyse du discours les blogs de manière générale. Sur ces blogs, l’on trouve différents contenus discursifs qui permettent d’avoir une bonne vision des choses. Que cela concerne un événement politique, la réputation d’une marque ou encore un buzz scientifique, les blogs offrent aux internautes issues de milieux différents le moyen d’interagir et de s’exprimer grâce au commentaire et aux réseaux sociaux. Les outils de « web mining » et de fouille de textes permettent d’étudier ces contenus numériques à grandes échelles, en procurant des résultats statistiques et empiriques que l’homme ne peut pas réalisés à l’œil nu.  Ces nouvelles applications de l’analyse du discours numérique peuvent avoir plusieurs champs d’application : l’e-tourisme, l’e-réputation (des individus, des marques ou des organismes), les publications en ligne…etc.

Je suis particulièrement intéressé au traitement des informations par le biais des langues et des outils informatiques, combinant entre méthodes quantitatives et qualitatives. Cela m’a conduit en fin de mon master 2 à constituer une base de données complexe (intégrant des liens sémantiques entres des expressions spécialisées), terminologique et documentaire en finance. Je suis passionné par les NTIC et tout ce qui touche à l’intelligence économique et la linguistique de corpus. Je suis aussi inspiré par les changements actuels de l’internet et sensible aux nouveaux usages. Je participe à une veille documentaire et informationnelle régulières en utilisant des outils (Flux RSS, Twitter,..etc.).

Pour plus de détails sur mon parcours universitaire et professionnel, je vous invite à consulter mon CV en ligne (également téléchargeable sous format .doc & .pdf).

CV Aboubekeur Zineddine
 

Zineddine Aboubekeur

Doctorant en sciences du langage (analyse et conception du discours numérique: le cas du blogging scientifiques). Chef de projets de traduction, Traducteur/interprète...Je suis passionné par les langes étrangères, la culture numérique et les NTIC.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus

A la recherche d’un Cifre: Le parcours du combattant

Faire une thèse Cifre (Convention Industrielle de Formation par la Recherche) est le moyen par excellence pour les doctorants de toutes disciplines confondues, de mener un projet de recherche scientifique appliqué au monde professionnel afin de produire des résultats tangibles, tout en cumulant une expérience significative au sein d’une entreprise ou d’un organisme public ou privé.

 

Cependant, trouver un laboratoire, un directeur de recherche et un projet de recherche susceptible d’intéresser une entreprise ou du moins de rentrer dans le cadre de ses activités, relève souvent du parcours du combattant pour la majorité des doctorants qui aspirent à postuler au dispositif Cifre. Les doctorants en sciences humaines peinent davantage à valoriser ce dispositif auprès de sociétés de part la difficulté de trouver un sujet applicatif à même de répondre à leurs attentes. Manifestement les entreprises reprochent à ces doctorants de ne développer qu’une conception théorique en défaveur d’une vision pratique voire opérationnelle. A cet obstacle s’ajoute une donnée majeure, la rareté des entreprises couvrant ce champ de compétence. Selon une étude menée par l’ANRT sur les  doctorants  Cifre entre 2001 & 2011, 12% de ces thèses appartenaient aux sciences de l’homme (les linguistes étant fortement présents dans ce pourcentage). D’autre part, il est important de retenir que les trois parties d’un CIFRE (doctorant, laboratoire de recherche et entreprise) doivent conjointement rédiger le projet de recherche pour en garantir une meilleure cohérence et un parfait équilibre entre théorie et pratique.

 

Je n’énumérerai pas ici tous les avantages du Cifre, ni j’expliquerai  son mode d’emploi (qui sont bien expliqués sur le site de l’ANRT  http://www.anrt.asso.fr/ ) mais je tenais simplement à évoquer certains points importants concernant ce type de conventions.

 

Dans le cadre des rencontres universités entreprises au salon professionnel de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, qui s’est déroulé les 15 et 16 mars derniers au Palais des Congrès de Paris, Clarisse Angelier (Chef du service Cifre) a animé une conférence intitulée: « Cifre, mode d’emploi ».  Madame Angelier définit les docteurs issus du Cifre comme de véritables émissaires de connaissance, comme de jeunes chercheurs bénéficiant d’une « bi-culture ». Grâce à ce double encadrement à la fois académique et professionnel, ils ont développé des compétences métier spécifiques ainsi qu’un sens certain du travail en équipe. Ils savent également mener des projets de manière interdisciplinaire et ce souvent dans un environnement international.

Zineddine Aboubekeur

Doctorant en sciences du langage (analyse et conception du discours numérique: le cas du blogging scientifiques). Chef de projets de traduction, Traducteur/interprète...Je suis passionné par les langes étrangères, la culture numérique et les NTIC.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus