Etudier les réseaux sociaux

Dans le cadre de mes activités doctorales, j’ai participé à l’école thématique CNRS « Etudier les réseaux sociaux » (présentation et programme ici) organisée par le LabEx « Structuration des Mondes Sociaux » qui a eu lien à Porquerolles du 10 au 14 septembre 2012. C’était la première fois que je participe à une manifestation scientifique de ce genre et sur cette thématique. Dans ce billet, je souhaite faire le bilan scientifique personnel de cette école.

Je me suis inscrit à cette école thématique pour de multiples raisons : pour avoir un apport d’informations sur un thème proche de celui de mes recherches (Blogging scientifique et réseaux de blogueurs sur la toile),  pour avoir une synthèse des travaux de recherche actuels, pour échanger avec des spécialistes pluridisciplinaires du domaine de l’école ( majoritairement des sociologues) et établir de nouvelles collaborations scientifiques.

Pour moi traducteur/linguiste de formation, ayant fait très peu de sociologie pendant mon cursus universitaire, les réseaux sociaux avaient une seule acception: réseaux sociaux en ligne (Twitter, Facebook,…). Cette vision a vite disparu grâce à la première conférence plénière, présentée par Pierre Mercklé et intitulée « L’analyse de réseaux sociaux pour les nuls ». Et pour résumer cette intervention, on peut dire qu’un réseau social est constitué d’un ensemble d’unités sociales qu’entretiennent des relations les unes avec les autres, directement ou indirectement, à travers des chaînes. L’analyse des réseaux a été présenté comme l’ensemble de méthodes, de concepts, de théories, de modèles et d’enquêtes mis en oeuvre en sociologie comme dans d’autres disciplines et qui consistent à prendre pour objet d’étude, non pas les attributs des individus, mais les relations entre eux et les régularités que ces relations représentent, pour les décrire, rendre compte de leur formation et de leur s transformations, et finalement analyser leurs effets sur le comportement des individus.
Pour approfondir cette présentation et pour un aperçu historique de l’analyse des réseaux, je recommande la lecture du billet L’ANALYSE DES RÉSEAUX SOCIAUX (PARTIE 1 : HISTORIQUE) et les prochains billet rédigé par Yannick Rochat qui était présent dans cette école (un mathématicien travaillant sur la notion de centralité en réseau sociaux). D’autres conférences ont été très intéressantes de par leur contenus, leurs méthodologies de travail et les résultats exposés. A titre d’exemple, « Méthodes bibliométriques et réseaux sociaux : approches quantitatives, qualitatives et mixtes » par Yves Gingras « Dynamiques sociales des publications et citations scientifiques » par Béatrice Milard ou encore « Grands réseaux, réseaux sur Internet » par Camille Roth & Dominique Cardon.

Ces conférences et d’autres échanges avec des chercheurs et/ou des stagiaires m’ont permis d’approfondir ma réflexion sur la pratique du blogging scientifique comme un usage numérique s’insérant dans un réseau social communautaire de chercheurs, qui tissent des liens entre eux. Ces liens peuvent être purement numériques (pour ne pas dire virtuels et froisser certains de mes lecteurs empiriques qui n’apprécient pas ce mot) mais aussi réels. Cette réflexion sera suivie d’une série de billets sur la thématique « blogs scientifiques et réseaux sociaux ».

Cette école thématiques sur les réseaux sociaux a été l’occasion de découvrir une multitude de logiciels dédiés à l’analyse des réseaux grâce à une conférence présentée par Pascal Cristofoli (EHESS) intitulée « Panorama des logiciels d’analyse de réseaux » et aussi grâce aux ateliers logiciels. Les principaux logiciels présentés étaient : Pajek, Gephi, UCINET & Calliope. 

En attendant (espérant) la prochaine école thématique de ce genre, j’ai collecté énormément d’idées à approfondir pour mes recherches et de nombreux contacts me permettant de développer un réseau scientifique sur les réseaux sociaux. 

 

Zineddine Aboubekeur

Doctorant en sciences du langage (analyse et conception du discours numérique: le cas du blogging scientifiques). Chef de projets de traduction, Traducteur/interprète...Je suis passionné par les langes étrangères, la culture numérique et les NTIC.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookGoogle Plus